Selon la méthode des chercheurs dans la science des noms de lieux, les trois étapes de la réflexion nous amènent à consigner successivement :

Premières traces…

La première mention historique de notre Localité dans les textes écrits, nous la trouvons dans un Terrier en date de 1155.

Fultot « Toit des Hêtres »,

L'étymologie populaire, qui est la façon dont nous vivons la tradition, fait l'évocation imagée d'un Toit des Hêtres qui est transmise de bouche à oreille alors que le hêtre s'épelait "fagus" dans le latin de Virgile (cf. l'excipit de ses Géorgiques :"Sub tegmine fagi" = à l'ombre d'un hêtre, dixit le Petit Larousse, notre compagnon à toutes et tous) et se retrouve en "fayet-fayard" à travers la France, de même que - avec génériquement la mutation hispanique du F en H - "haya" en castillan,

Fultot « La Ferme de Fulbert »,

L'exégèse savante car onomastique nous interpelle, en se référant à la toponymie ambiante à travers l'ensemble de notre Pays de Caux, pour nous rappeler que le suffixe "tot" correspondrait au phonème désignant tout bonnement une ferme en langage scandinave puisque viking, et la première syllabe du nom pourrait bien être - au vu et au su des experts et spécialistes fréquentés - l'abréviation du prénom Fulbert relatif au conquérant-colonisateur saisissant les mancherons de la charrue après défrichement autour et alentour.

En somme et l'étymologie ne relevant pas des disciplines dites exactes, l'ensemble des éléments recueillis de bonne source nous permet de souligner poétiquement que notre chère Commune de Fultot perpétue dans son appellation même sa fondation agricole et la vocation de son image rurale à l'instar de son développement tout à la fois socialement travailleur et familialement résidentiel.

drakar.JPG